C Conditions de travail : charge de travail
C Conditions de travail : professionnalité
C Conditions de travail : relations avec la hiérarchie
C Conditions de travail : relation avec les familles
avatar Adjointe dans le 37 - Indre-et-Loire
Le 24/11/2019 à 12:30:05
Exerce en élémentaire Expérimenté-e

J'ai choisi ce métier par vocation, cela fait 13 ans que j'enseigne mais je me sens affectée moralement par le manque de considération, le salaire ridicule, les indénombrables heures passées en préparations, corrections.... la surcharge de "paperasse" que l'on nous demande de remplir et qui me paraissent inutiles, les animations pédagogiques sans intérêt et qui me semblent une perte de temps et qui à présent demandent du travail en plus de toute la préparation de classe. Les frais de transport suite aux convocations aux stages et animations ne sont pas toujours remboursés, ou le sont six mois après, les ordres de missions sont envoyés soit à la dernière minute, soit après la date de l'animation. Les "invitations" au collège par les inspecteurs qui nous font bien comprendre que c'est important, même si on n'est pas payé pour ça, mais qui mettent en avant notre "conscience professionnelle"... on rentre de ces réunions avec nos piles de cahiers à corriger sous le bras et démoralisés par les nouvelles directions à prendre, plus ou moins imposées... Le manque de considération de certains parents. J'ai été moi-même victime de harcèlement moral, et je ne me suis pas du tout sentie soutenue par la hiérarchie! J'ai été victime de 2 fermetures de classe consécutives, obligée de changer d'école, ce qui m'a bien affectée aussi. On n'a aucune médecine du travail. On n'a plus de prime pour les passations et corrections des évals nationales imposées suivies des heures de rencontre avec les parents! On nous impose des outils de travail (ex: LSU) qui ne sont pas toujours bien fonctionnels. On se sent "prisonniers" de ce métier, obligés d'y consacrer notre temps en soirées, week ends et vacances, délaissant notre propre vie familiale. Tout ça pour un salaire de misère et pour passer aux yeux des gens et des médias pour des feignants parce qu'on a beaucoup de vacances... sauf qu'on n'a pas les moyens pour y partir, en vacances, et qu'on y passe largement plus de la moitié du temps à travailler pour la classe!