L’observatoire du métier enseignant permet de faire connaître les témoignages de la profession

  • • en matière de conditions de travail : le suicide et le courrier de Christine Renon ont bouleversé l'ensemble de la profession. Enseignants-es, directeurs-trices, formateurs-trices...disent la fatigue, voire l'épuisement professionnel, résultant de l'augmentation de la charge de travail, de la difficulté des conditions d'exercice, d'un sentiment de dépossession du métier, d'être contraints-es à mal faire son travail.

  • • En matière de liberté pédagogique et usage du droit à la mise en œuvre d’une pédagogie librement choisie dans le cadre des programmes nationaux. La liberté pédagogique permet aux enseignant.es de traduire les textes pour les mettre en œuvre en situation de classe. La diversité des élèves et des contextes d’apprentissages oblige les enseignant.es à interroger sans cesse leur métier, à trouver des réponses professionnelles pour mettre en œuvre les programmes et permettre à tou.tes les élèves d’apprendre.

  • • En matière de liberté d’expression et usage des droits du fonctionnaire-citoyen,.. L’article 1 de la loi de 2019 introduit les notions d’exemplarité des enseignant-es, de respect de l’institution... et incite à la plus grande vigilance dans l’observation de la qualité des relations hiérarchiques : réprimande écrite/orale, convocation, menace de sanction disciplinaire ou tout empêchement à organiser une réunion publique, à diffuser de l’information aux parents d'élèves, à la suite de l’adoption d’une motion de conseil des maîtres ou d’école, d’une expression dans la presse ou sur un blog personnel, etc.